Censure de Dialogues désaccordés : la réaction de l’éditeur Franck Spengler

Censure de Dialogues désaccordés : la réaction de l’éditeur Franck Spengler

Le livre réunissait deux personnes que l’on aurait cru trop différentes pour avoir un dialogue. D’ailleurs, Dialogues désaccordés semblait bien porter son titre : Éric Naulleau et Alain Soral, c’était tout un programme. Paru le 7 novembre 2013, le livre est aujourd’hui presque oublié. Presque : une décision de justice ne laisse à l’éditeur aucun autre choix que de retirer l’ouvrage de la vente.

Dans un courrier type envoyé aux libraires, la maison Hugo & Cie annonce qu’une « décision de justice nous oblige, sous peine d’astreinte, à vous demander de cesser immédiatement la commercialisation de l’ouvrage ». Daté du 16 février, le courrier a eu son effet, puisque l’on ne trouve plus aucune trace de l’ouvrage sur les sites marchands. [...]

Les libraires sont invités à retourner les exemplaires qu’ils auraient stockés au distributeur Interforum. Et le plus vite sera nécessairement le mieux. « Nous disposons d’un mois, selon la décision de justice », précise Franck Spengler à ActuaLitté. Et d’ajouter que le livre avait été coédité avec les éditions Blanche, dont il assure lui-même la direction éditoriale. « Le livre n’est d’ailleurs pas à proprement parler interdit : la justice nous demande simplement de supprimer le passage. Mais nous n’allons probablement pas corriger à la main tous les livres actuellement commercialisés. »

Selon lui, il ne doit pas rester des milliers d’exemplaires dans les librairies. Dans le même temps, il considère la décision comme « extrêmement sévère, pour des propos d’une banalité affligeante. C’est le reflet de ce que notre société est en train de devenir. Chaque élément critique ou acerbe est frappé : dans ce cas, on a pris un marteau-piqueur pour taper un moucheron. »

L’éditeur souligne que l’on cherche « vraiment à dégommer Soral, pour des raisons que je n’ai pas à juger. Sauf qu’entre l’homme des vidéos et celui du livre, cela n’a rien à voir. Alors on tape au porte-monnaie. »

Et de déplorer, surtout, le désintérêt contemporain. « Voilà encore 20 ans – et je peux le dire, parce que je suis éditeur depuis bien plus longtemps –, toute la profession aurait rué dans les brancards. Même si elle avait été en désaccord avec les propos tenus, elle aurait brandi la liberté d’expression. Aujourd’hui, c’est le désintérêt, qui s’impose comme un état d’esprit général. »

Lire l’intégralité de l’article sur actualitte.com

Commentaires

Vraiment n' importe quoi de censurer ce livre !! et apres on parle de liberté d'expression en France.

Si j'avais ete une star ou quelqu un de connu.. Soyez en sure que je serais du côté de Dieudonné et de Mr Soral.

En tout cas heureusement qu' il y a des personnes comme cela.

Il y a tellement d' ignorant dans la societé ou qui se voilent la face, c'est exaspérant.

Ajouter un commentaire

Les meilleurs commentaires seront publiés.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de spam.
6 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.