Reed Douglas

DescriptionActualitésVidéos

Douglas Lancelot Reed (1895-1976). C’est l’un des lieux communs de l’Histoire que de dire que des circonstances défavorables ne sont pas un obstacle pour les hommes d’énergie et de compétence remarquables. Douglas Reed, qui se décrivait lui-même comme « relativement peu instruit », débuta dans la vie comme garçon de bureau à l’âge de 13 ans et devint employé de banque à 19 ans avant de s’engager au début de la Première Guerre mondiale. On pouvait difficilement imaginer une formation moins prometteuse pour un homme destiné à être l’un des plus brillants analystes politiques et écrivains de voyage du siècle. Il avait déjà 26 ans quand il arriva au Times de Londres en 1921 en tant que téléphoniste et employé de bureau ; et c’est à 30 ans qu’il arriva finalement au journalisme en tant que secrétaire de la rédaction. Ensuite, plus rien n’arrêta ce retardataire de la profession. Trois ans plus tard, il devint assistant correspondant au Times à Berlin avant de partir pour Vienne en tant que correspondant en chef pour l’Europe centrale. Reed rompit avec le Times en octobre 1938, presque en même temps que l’apparition d’un livre qui devait lui gagner un succès mondial instantané : Insanity Fair, un mélange plaisant d’autobiographie et d’histoire contemporaine.
Suivit un an plus tard un autre best-seller à succès, Disgrace Abounding. D’autres best-sellers se succédèrent rapidement : A Prophet at Home, All Our Tomorrows, Lest We Regret, Somewhere South of Suez et Far and Wide. Reed fut virtuellement banni par les éditeurs et les libraires de l’establishement, mais il émergea de sa retraite forcée en 1966 en tant qu’écrivain, avec The Battle of Rhodesia, suivi par The Siege of Southern Africa en 1974, Behind the Scene (une nouvelle édition de la Seconde Partie de Far and Wide) et The Grand Design, publiés en 1976 et 1977.

Ses produits