Guerre secrète en Afrique centrale

212 pages

En stock

Editeur :
Kontre Kulture

Dire que la chute de l’Union soviétique a redistribué les cartes du jeu international est une banale évidence. Mais l’on ignore souvent jusqu’à quel point ce basculement de l’équilibre mondial a pu affecter des régions a priori éloignées des enjeux de la Guerre froide. Celle des Grands Lacs, en Afrique, est de ces régions-là. À cheval sur le Rwanda, le Burundi, la République démocratique du Congo, l’Ouganda et la Tanzanie, ce territoire riche en mines d’or et de diamant possède également une immense réserve de minerais rares, essentiels aux nouvelles technologies : le coltan et la cassitérite. Les anciens alliés, autrefois unis contre l’influence soviétique, vont dès le début des années 1990 s’y livrer un combat sans merci. Ainsi, la guerre au Rwanda fut aussi une guerre, par forces d’interventions humanitaires et ONG interposées, entre la France d’une part, les États-Unis et le Canada d’autre part. Sans oublier le rôle trouble de la Belgique. Une guerre de terrain d’abord, par le déploiement d’unités militaires et de renseignement, une guerre d’influence ensuite, au sein des instances internationales, mais aussi et surtout une guerre médiatique qui fut perdue par la France. Cette guerre-là a perduré longtemps après la fin du conflit armé et a vu l’entrée en jeu d’Israël, maître incontesté de la mémoire des génocides. Car génocide il y a eu, même partiel, si la définition de ce mot implique la volonté de faire disparaître des personnes en raison de leur ethnie. Mais s’agit-il vraiment du « génocide des Tutsis » ? À cette question, Guerre secrète en Afrique centrale répond en renversant le mythe imposé par les vainqueurs, selon lequel « un génocide aurait été commis contre la minorité tutsie du Rwanda par les Hutus, avec l’assistance de la France ».

Patrick Mbeko est un Canadien d’origine congolaise. Auteur de plusieurs ouvrages de géopolitique, il intervient régulièrement auprès de différents médias à propos des questions géostratégiques et économiques auxquelles le continent africain est confronté.


Dire que la chute de l’Union soviétique a redistribué les cartes du jeu international est une banale évidence. Mais l’on ignore souvent jusqu’à quel point ce basculement de l’équilibre mondial a pu affecter des régions a priori éloignées des enjeux de la Guerre froide. Celle des Grands Lacs, en Afrique, est de ces régions-là. À cheval sur le Rwanda, le Burundi, la République démocratique du Congo, l’Ouganda et la Tanzanie, ce territoire riche en mines d’or et de diamant possède également une immense réserve de minerais rares, essentiels aux nouvelles technologies : le coltan et la cassitérite. Les anciens alliés, autrefois unis contre l’influence soviétique, vont dès le début des années 1990 s’y livrer un combat sans merci. Ainsi, la guerre au Rwanda fut aussi une guerre, par forces d’interventions humanitaires et ONG interposées, entre la France d’une part, les États-Unis et le Canada d’autre part. Sans oublier le rôle trouble de la Belgique. Une guerre de terrain d’abord, par le déploiement d’unités militaires et de renseignement, une guerre d’influence ensuite, au sein des instances internationales, mais aussi et surtout une guerre médiatique qui fut perdue par la France. Cette guerre-là a perduré longtemps après la fin du conflit armé et a vu l’entrée en jeu d’Israël, maître incontesté de la mémoire des génocides. Car génocide il y a eu, même partiel, si la définition de ce mot implique la volonté de faire disparaître des personnes en raison de leur ethnie. Mais s’agit-il vraiment du « génocide des Tutsis » ? À cette question, Guerre secrète en Afrique centrale répond en renversant le mythe imposé par les vainqueurs, selon lequel « un génocide aurait été commis contre la minorité tutsie du Rwanda par les Hutus, avec l’assistance de la France ».

Patrick Mbeko est un Canadien d’origine congolaise. Auteur de plusieurs ouvrages de géopolitique, il intervient régulièrement auprès de différents médias à propos des questions géostratégiques et économiques auxquelles le continent africain est confronté.


06
02

E&R Île-de-France recevra Patrick Mbeko le dimanche 12 février 2017 à 15h au Théâtre de la Main d’or à Paris pour une conférence de présentation de son nouveau livre Objectif Kadhafi.

 

Entrée : 5 euro… Lire la suite

30
01

E&R Pays de la Loire recevra Patrick Mbeko le samedi 4 février 2017 à 15h30 à Nantes pour une conférence de présentation de son nouveau livre Objectif Kadhafi.

 

Entrée : 8 euros.

Réservations : conf… Lire la suite

20
10

La géopolitique africaine est un sujet généralement méconnu. Avec Guerre secrète en Afrique Centrale, le lecteur découvrira comment les Etats-Unis et la France se sont affrontés dans la région des Grands Lacs.

L’auteur, Patrick Mbeko, d’origine congolaise, intervient r&eacu… Lire la suite

24
07

Dire que la chute de l’Union soviétique a redistribué les cartes du jeu international est une banale évidence. Mais l’on ignore souvent jusqu’à quel point ce basculement de l’équilibre mondial a pu affecter des régions a priori éloignées des enjeux de la Guerre froide. Celle d… Lire la suite


Commentaires

Surement l'un des livres les plus important sur l'Afrique. Le lire vous montrera trois choses:- les relations entre la France et les Etats-unis (quand la France n'était pas soumise).
- Un exemple parfait du néocolonialisme en Afrique.
- Et surtout cela vous permettera de voire la vérité sur un des plus gros mensonge de l'histoire.
Je ne peut que vous recommandé de lire ce livre avec un autre qui le complète parfaitement : Le livre noir des ONG

C'est incroyable cette revelation.

je souhaite recevoir le livre"guerre secrète en Afrique

Ajouter un commentaire

Les meilleurs commentaires seront publiés.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de spam.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.