L'Antichristianisme juif

330 pages

En stock

Editeur :
DIE

On parle fréquemment d'antisémitisme chrétien. Un historien juif français, Jules Isaac (celui de Mallet et Isaac), a répandu la thèse que l'Église aurait dispensé un « enseignement du mépris » du peuple juif. Un évêque français, Mgr de Berranger, a déclaré que ce serait « le terreau » sur lequel aurait poussé la Shoah. Aucune source sérieuse n'étaye ces allégations fantaisistes. On constate à l'inverse que la tradition rabbinique du Talmud a distillé un enseignement de la haine du Christ et des chrétiens : depuis deux mille ans, l'antichristianisme juif a pris les formes les plus diverses, du blasphème à la lapidation, du bûcher à la révolution.

330 pages bourrées de faits établis, de références solides, pour recomposer une perspective historique raisonnable. Et en finir avec les fantasmes. 

Historien, essayiste, romancier, journaliste, Martin Peltier n'a plus l'âge de prendre les censeurs au sérieux. Les sujets qui fâchent l'amusent, à condition de les examiner sérieusement. Il est attaché à la vieille maxime : « Si j'ai tort, qu'on me le prouve, si j'ai raison, qu'on me l'accorde. »


21
08

Paris - 20 Septembre

TRADITION CATHOLIQUE, REMEDE AU NOUVEL ORDRE MONDIAL

2bis rue Mercoeur 75011 10h - 18h

Colloque organisé par CIVITAS

Abbé Xavier Beauvais :

Du Novus Ordo Missae au Nouvel Ordre Mondial

Dr Jean-Pierre Dickès :

Transhumanisme e… Lire la suite


Commentaires

Martin Peltier s'attaque à un sujet fondamental mais tabou. En soit, c'est d'un immense mérite. On pourrait regretter qu'il ne soit pas aussi fouillé que son chef d'oeuvre, Shoah Stories; mais on y découvre des choses d'importance. Ainsi, si Néron a su distinguer un peu subtilement pour un Romain de son époque entre les juifs chrétiens et les autres, pour s'en prendre avec la fureur et le sadisme que l'on sait aux premiers, c'était vraisemblablement dû à l'influence de la communauté juive sur Poppea, sa nouvelle femme. On y trouve aussi des alliances antichrétiennes avec les Persans païens et les Turcs Ottomans (à qui des juifs ont appris l'usage des armes modernes). La dernière partie met lourdement à contribution 3 historiens juifs qui voient dans l'esprit des lumières et la révolution française le fruit de "l'esprit marrane"; mais il est difficile de discerner une trame causale précise à l'appui de cette affirmation.
Par ailleurs, un bon point à l'auteur pour utiliser le terme clair d'antichristianisme plutôt que l'absurde "christianophobie".

cComment appelle t-on les juifs qui n'aiment pas les français catholiques que nous sommes ? De nous on dira que l'on est anti-sémites ! mais eux ils sont quoi à l'inverse ?
Merci

Juste pour savoir, je ne suis pas anti sémite, je veux juste savoir comment on appelle les juifs qui ne nous aiment pas, nous chrétiens catholiques ! Parce qu'il y en a de plus en plus !

Le terme "sémite" regroupe un ensemble de population ayant souches biologique commune, racines linguistique commune et culture commune. Ces peuples sémite se situaient au moyen orient en une époque donnée (je pense que leur descendant les plus direct sont ce qu'on apel les "arabes", juif et musulman confondu. le terme "sémite" est un critère ethniquo-linguistique mais absolument pas religieux).

Sur critère linguistique en cette même époque donné, le regroupement des peuples européens, est le terme "celte". Les celtes sont les peuples d'europe centrale de la France a l'Ukraine horizontalement et de l'allemagne a la Roumanie verticalement. Mais c'est très floue il n y a pas de "frontière" comme peut en avoir une nation. L'Ukraine est la limite des celtes a l'est, qui s'entrecroise avec les slave qui sont eux même issu de peuple européen, descendant des "varègues" (nom donné au viking par les gaulois et autre en leur époque).

Par equivalence on pourrait dire "anti-celte".
Mais vu que c'est un regroupement religieux qui se cache dérrière le mot "sémite" (terme qui est bien plus global que la seule communauté juive), on pourrais dire par confrontation anti-christ ou anti-chrétien.

L'anti-celtisme est antérieur a l'anti-sémitisme, c'est lors de la venue de pélerin celte jusqu'au tombeau de Jésus qu'il y a eu une ouverture d'hostilité des sémites envers les celtes, ce n'est pas l'inverse! D'où l'ouverture des croisades.

Excellent ouvrage qui rappelle d'une part que l'antichristianisme précède l'antisémitisme (religieux bien sûr puisque l'antisémitisme social existe depuis qu'il y a des juifs, donc avant le Christ) -le Talmud est en effet postérieur aux Evangiles-, d'autre part que le protestantisme calviniste est le ver juif dans la pomme catholique.
Deux reproches à ce livre: un, de très nombreuses fautes d'impression, la maison DIE doit faire des efforts. L'autre: lorsque Peltier rappelle qu'en Mitteleuropa on exhibait au 19ème siècle des portraits de Napoléon (ce qui est exact), il prend à témoin Sylvie Vartan (page 143) !!! Sylvie Vartan (Vartanian) n'est pas juive mais arménienne. Peltier commet la même erreur que Ryssen avec Guediguian et Henri Verneuil. Les arméniens sont les premiers catholiques d'Orient (certes monophysites mais peu importe), donc les premiers chrétiens tout court. Ils n'aiment d'ailleurs pas du tout les juifs, encore plus depuis que Badinter et Debré (Bloch) ont, au Conseil Constitutionnel, torpillé Hollande sur la loi mémorielle concernant les arméniens. Que Peltier rende à César ce qui est à César. A ce niveau ça me paraît assez grave et cela entache sa crédibilité.

En 1967 Léon de Poncins écrivait : Le judaïsme et le Vatican. Dans ce livre il est beaucoup question de l'influence et du rôle déterminant de Jules Isaac relatif à Vatican II
Le livre de M. Martin Peltier me paraît bien intéressant et je m'en vais l'acquérir.

Tout à fait d'accord avec toi Mathurin.
Pour information : Costa-Gavras est un Franc Mac, ceci explique celà...

Les Catholiques sont Chrétiens. Les Chrétiens Adorent le Christ. Le Christ est un Juif.
Les Chrétiens Catholiques, normalement constitués, aiment les juifs parce que le Christ leur a enseigné à Aimer et à Pardonner. Les juifs qui ne veulent pas connaître le Christ ne peuvent pas comprendre. Il nous reste à leur pardonner, même quand ils nous persécutent.

Mes cordiales salutations et de soutien à Alain Soral, le réellement persécuté.
Ma maison lui est ouverte tout le temps que je vivrai. Il me reste à lui communiquer mon adresse.

Je n'ai pas encore lu ce livre, mais je peux assurer qu'il y a bien une sorte de mépris plus ou moins conscient, laïc (non Talmudique) et certainement irrationnel au sein de la communauté juive à l'encontre du catholicisme et de la papauté. En visite à Dachau, un juif américain a commencé une tirade (assez pénible et irraisonnée) sur le catholicisme et sa responsabilité concernant la "Shoah". Je lui ai rétorqué que les Irlandais (à majorité catholique) n'avaient jamais causé de tort à personne, que le grand rabbin de Rome s'était converti au catholicisme pour remercier le Pape dans son opposition au 3ème reich (qui est un mouvement païen et racialiste suprématiste) et que le film de Costa-Gavras est donc une imposture, et qu'en dernier recours le but d'un catholique envers un juif est de le mener à la conversion, pas à la chambre à gaz ! Il l'a fermée à tout jamais... Il est temps de remettre les pendules à l'heure !

Ajouter un commentaire

Les meilleurs commentaires seront publiés.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de spam.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.