La Guerre des monnaies – La Chine et le Nouvel Ordre mondial

446 pages

Plus que 1 article en stock

Editeur :
Retour aux sources

La Guerre des monnaies, la guerre de l’or et, en général, la guerre financière que se livrent les grandes puissances est une réalité très ancienne. On peut en tracer l’origine aux débuts de la mondialisation… lorsque la drachme égyptienne subit une hyperinflation aux IVe et au Ve siècle. L’Égypte, assujettie à l’Empire romain, avait décidé de ne pas adosser sa monnaie à l’or ou à l’argent. Rome, dans le même temps, sortit progressivement de l’étalon-or et argent, en réduisant la teneur en métaux précieux de sa propre monnaie… jusqu’à ce qu’elle ne vaille plus rien ! L’Empire romain, qui avait conquis quasiment toutes les terres connues, finit par s’effondrer.

Dans une période plus récente, coïncidant avec l’industrialisation en Amérique du Nord et en Europe, la guerre des monnaies s’est déroulée dans un contexte de lutte acharnée entre plusieurs empires, d’abord en Europe, puis dans le Nouveau monde, de l’autre côté de l’Atlantique, où les anciennes puissances européennes jetèrent d’immenses forces dans la bataille. La France des Lumières défendait sa vision d’un « ordre nouveau » basé sur l’idée qu’elle se faisait de la démocratie, et l’Angleterre, devenue maîtresse des océans à la fin du XVIe siècle, succédant à la République de Venise, voyait là l’occasion d’étendre son Empire « sur lequel le soleil ne se couche jamais ». Les Allemands, eux, louaient à la Couronne britannique une armée de mercenaires…

 


Commentaires

Un livre instructif et pertinent même pour un néophyte en économie.
Je désirais comprendre la naissance du système bancaire en Europe puis en Amérique, et cet ouvrage m'a beaucoup appris. Il faut savoir que sept présidents Américains, plus des membres du congrès ont été assassinés en l'espace de deux siècles environ, sans compter les assassinats qui ont échoués et ceux déguisés en accidents. On s'aperçoit que tous ceux qui chercher à défendre les intérêts du peuple sont morts.

Les banques privées ont réussi à s’imposer aux fils des siècles par la force, la pression, la peur, la corruption, la manipulation, tous les stratèges ont été employés.
Les banques ont fait voter des lois afin de « légaliser » leur vaste escroquerie:
La FED, la Réserve Fédérale Américaine qui n'a aucun statut légal et contrôle les planches à billets. Ces billets en toute logique n'ont aucune légitimité, ni valeur.
De plus, la dette générée et entretenue par ces mêmes banques afin d'asservir les peuples et d'engendrer toujours plus de profits est une aberration.

Les banques sont comme des virus, des parasites qui pourrissent tous ceux qu'ils touchent et prolifèrent dans un environnement propice à leurs développement, je veux bien sûr parler du système capitaliste libéral qui vole notre énergie, notre production, notre bonheur, notre intégrité, nos valeurs morales, nous obligeant à devenir comme eux: cupide, égoïste et superficiel.
Toute personne qui refuse de se soumettre à cette perversion sera diaboliser, marginaliser, humilier, traiter de fous et de terroriste !

Ce livre additionné avec ceux d' Eustache Mullins « Les secrets de la Réserve Fédérale », de Pierre Jovanovic « Blythe Masters » et d'Alain Soral « Comprendre l'Empire » sont de mon point de vue des ouvrages de qualités et très complémentaires.

Votre point de vue est respectable et n'a caché aucune vérité à propos du système financier capitaliste libéral

Ajouter un commentaire

Les meilleurs commentaires seront publiés.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de spam.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.