Le Testament politique de Hitler

106 pages

En stock

Editeur :
Kontre Kulture

Le 16 janvier 1945, alors que les troupes soviétiques marchent sur Berlin, Adolf Hitler s’installe au Führerbunker situé sous les bâtiments de la chancellerie du Reich, rejoint par sa compagne Eva Braun et quelques-uns de ses plus proches collaborateurs, dont Martin Bormann. Du 4 au 26 février, lucide mais avec amertume, le chancelier évoque les événements passés, les accords de Munich, les ennemis du national-socialisme, la guerre inéluctable, mais aussi ses alliés, sa vision des peuples et de l’Europe qu’il avait espéré unifier. Il dit sa déception de n’avoir pas pu convaincre les Anglais, ce peuple frère, de se rallier à son projet, réaffirme sa méfiance envers la France à l’égard de laquelle « l’erreur de notre politique a été la plus complète ». Bien qu’analysant l’alliance italienne avec sévérité, il confirme son amitié envers Mussolini, témoigne de son estime pour le Japon et se demande une dernière fois : a-t-il eu raison de tenir l’Espagne écartée du conflit ? la date choisie pour entrer en guerre contre la Russie était-elle judicieuse ?

Au-delà de ces considérations stratégiques, le chancelier revient également sur son projet, non seulement social mais civilisationnel d’une Europe indépendante, aussi bien des États-Unis que de la Russie soviétique. Mais pour cela, dit-il, « nous avions besoin de la paix », cette paix qui « eût permis de tenir les Américains à l’écart des affaires de l’Europe ». Puis, après plus d’un mois d’interruption, dans une dernière note, il envisage avec douleur le futur d’une Allemagne qu’il sait vaincue.

Le 29 avril, il épouse Eva Braun et dicte deux documents à sa secrétaire, son Testament politique et son Testament privé, avant de se suicider le 30 avril.

Ce sont ces notes, consignées par Martin Bormann, et ces deux testaments qui sont réunis ici


Adolf Hitler, né le 20 avril 1889 à Braunau am Inn, ville autrichienne frontière avec l'Allemagne, est un homme politique allemand, fondateur du national-socialisme et chancelier d’Allemagne de 1933 à 1945.

Mobilisé durant la Première Guerre mondiale, blessé au combat, il est anéanti par l’abdication de Guillaume II et la capitulation de l’Allemagne. Il adhère en 1919 au DAP, le parti ouvrier allemand, où il se fait rapidement remarquer pour ses talents d’orateur. En 1920 il en devient le président, le transforme en NSDAP, parti national-socialiste ouvrier allemand, lui fait adopter un programme et le dote d’une organisation paramilitaire, les SA. En 1923, à la suite d’un coup d’État manqué, le parti est interdit et Adolf Hitler arrêté et incarcéré dans la prison de Lansberg am Lech. C’est là qu’il écrit Mein Kampf où, après un retour sur son enfance et les difficiles années de sa jeunesse, il livre ses réflexions sur la situation politique et économique de son pays, sa vision d’une organisation saine de la société et les raisons qui l’ont poussé au combat.

Sa courte tentative de troisième voie politique, qui en quelques années a redressé une Allemagne mise à genoux par les conséquences du traité de Versailles et par les suites du krach de 1929, a profondément changé le monde, non pas pour ce qu’elle fut, mais pour la réaction qu’elle a suscitée et suscite encore, interdisant toute expérience nationaliste et toute référence à un socialisme protecteur à l’intérieur de frontières assumées. Du fond de sa prison, celui qui était encore presque un inconnu savait que la mission qu’il s’était donnée, en empruntant désormais les voies légales, prendrait les allures d’une lutte sans merci. Conscient de l’état de déliquescence dans lequel se trouvaient les institutions politiques de son pays, il écrivait alors ces mots : « Seule la dure réalité doit déterminer la voie vers le but ; vouloir éviter des chemins désagréables, c’est bien souvent, en ce monde, renoncer au but ; qu’on le veuille ou non. »

 

Précisions de Kontre Kulture :

Comme nous en avons l’habitude, nous choisissons un format et une taille de police qui permettent, tout en gardant un bon confort de lecture, d’offrir à nos lecteurs des ouvrages abordables. Ce qui explique que notre édition comporte moins de pages que l’édition originale, tout en étant complète.

C’est une réédition du texte brut, mais d’une traduction différente de celle des Éditions latines. Nous y avons ajouté quelques notes de bas de page, une courte note au début expliquant l’histoire du livre lors de son édition en France en 1934, et nous avons remis dans le texte le mot original völkisch qui avait été traduit – et c’est la même chose dans la version des Éditions latines –, par « raciste », ce qui est très biaisé comme traduction.

Avec, bien sûr, l’avertissement obligatoire.


20
11

Le 16 janvier 1945, alors que les troupes soviétiques marchent sur Berlin, Adolf Hitler s’installe au Führerbunker situé sous les bâtiments de la chancellerie du Reich, rejoint par sa compagne Eva Braun et quelques-uns de ses plus proches collaborateurs, dont Martin Bormann.

 

Du 4 au 26 févri… Lire la suite


Ajouter un commentaire

Les meilleurs commentaires seront publiés.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de spam.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.