Textes choisis (Sorel)

461 pages

En stock

Editeur :
Kontre Kulture

Georges Sorel (1847-1922) est un philosophe et sociologue français. Polytechnicien, ingénieur des ponts et chaussées, il publie différentes études sur des questions de météorologie, d’architecture, de physique, mais aussi d’histoire politique et religieuse. Ce n’est qu’assez tardivement, à quarante-six ans, que, démissionnant de son poste à Perpignan, il s’installe à Paris et affirme son engagement socialiste et marxiste, prenant appui sur ses lectures de Proudhon, Marx et Bergson dont il suit les cours au Collège de France. Il collabore à plusieurs revues marxistes françaises, et, après une phase réformiste, contribue, à partir de 1905, à l’émergence du syndicalisme révolutionnaire. En 1908,  il publie Réflexions sur la violence, Les Illusions du progrès et La Décomposition du marxisme.

Parus la même année, ces trois ouvrages tournent autour d’un même axe : la grève générale doit être le but, l’outil, le « mythe » qui soulèvera les travailleurs qui n’ont que leur « violence » face à la force de l’État. Pour se libérer, ils doivent d’abord s'affranchir des sirènes des intellectuels qui, condamnant cette violence pour ramener les révoltes populaires vers une démocratie qui les sert, leur imposent une organisation politique et une culture qui leur sont étrangères. Ainsi, le monde ouvrier doit, par le syndicalisme révolutionnaire, trouver en lui les moyens et les ressorts de sa propre émancipation.


Georges Eugène Sorel (1847 – 1922) est un philosophe et sociologue français, connu pour sa théorie du syndicalisme révolutionnaire. Il est le principal introducteur du marxisme en France.


10
02

L’association Culture Populaire recevra Pierre de Brague le samedi 13 février 2016 à 14h à Nice pour une conférence sur le thème : « Georges Sorel : la rupture avec le monde bourgeois. »

 

Thème de la confé… Lire la suite

12
02

Charles Robin présentera la conférence « Sortir de l’aliénation libérale » le samedi 14 février 2015 à 14h30 à Nice.

Réservation obligatoire :

en remplissant directement le formulaire de réservation&nb… Lire la suite

Commentaires

Sociologue d'aujourd'hui, je ne peux qu'être en accord avec les principales idées de Georges Sorel. Pierre Bourdieu a réactualisé ces idées en précisant le fonctionnement de cette "domination" des classes bourgeoises sur les classes dites populaires (notamment sur l'utilisation du langage comme outil de domination). L'on trouve de grands points communs entre les deux auteurs sociologues, et si Bourdieu se veut plus actuel et plus axé sur la linguistique, Sorel se veut plus engagé et plus général (tout en étant d'une précision impressionnante).

Sociologiquement, Bourdieu comme Sorel (ainsi que leurs adeptes) expliquent avec pertinence que les classes dominantes utilisent un outil de domination légitime : le dialogue, le langage. Les classes dominées (économiquement et surtout culturellement) n'étant pas "armées" pour faire face sur le terrain du dialogue aux classes dominantes, ne peuvent voir leurs revendications sociales satisfaites, si tant est qu'elles puissent véritablement les formuler dans le langage utilisé par les classes dominantes. C'est sur le terrain de la violence que les classes dominées peuvent se faire entendre, mais la violence populaire étant illégitime (indigne de l'homme civilisé et propre aux barbares primitifs) et condamnée, les classes dominantes sont protégées de ce qu'elles craignent le plus. La leçon de Georges Sorel étant de casser cette structure mentale associant la violence populaire à la barbarie, pour que les classes dominées parviennent à s'échapper de la domination bourgeoise. Ce système qui est le nôtre domine non par le fouet mais par la culture ; en faisant intégrer aux classes dominées que le seul moyen véritablement efficace de se faire entendre est illégitime, mauvais et malsain.

Oh oui, Georges Sorel est plus que jamais d'actualité. Son écriture est précise et abordable, bien qu'il faille s'accrocher pour en comprendre tout le sens. Les thèmes abordés sont très bien traités, et si l'on veut les aborder de manière plus actuelle et "scientifique" (j'adore ce mot, il impose le respect ; domination symbolique dites-vous ?), lisez du P. Bourdieu. Bien qu'A. Soral voue à ce dernier un mépris quasi total, les écrits de Bourdieu sont du domaine de l'incontournable pour ce qui est de la domination culturelle et symbolique des classes populaires par les classes bourgeoises.

Ajouter un commentaire

Les meilleurs commentaires seront publiés.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de spam.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.