L’Effroyable imposture du rap : nouveauté Kontre Kulture

La dernière sortie Kontre Kulture, l’Effroyable Imposture du Rap tombe assez bien au moment où le tapage médiatique autour du Rap Game bat son plein.

Son auteur, Cardet, s’est appuyé intelligemment sur les travaux néo-marxistes de Michel Clouscard. En effet, celui-ci développe déjà en 1981 dans le Capitalisme de la séduction, la théorie selon laquelle la culture populaire américaine des années 50 et 60, a été récupérée par l’idéologie libérale libertaire pour promouvoir le capitalisme d’après guerre.

Alors que Michel Clouscard appuyait son ouvrage sur des bases anthropologiques d’où découlait le concept « d’animation machinale », Cardet s’est intéressé plus particulièrement au contexte idéologique des luttes d’émancipation afro-américaines et de leur récupération intellectuelle par la New Left.

La Nouvelle Gauche, sorte de NPA américain des années 60 et 70, s’appuie alors sur les théories du penseur hédoniste Herbert Marcuse pour populariser l’idée du marxisme libertaire au sein de la communauté noire. Au même moment, une autre subversion est déjà active par l’intermédiaire du projet Cointelpro développé par le FBI de J.Edgar Hoover.

Cet encadrement de la jeunesse afro-américaine se concrétisera par l’arrivée d’une nouvelle culture populaire incarnée au départ par Afrika Bambaataa de la Zulu Nation dont le slogan fut « Peace, unity and having fun ». Apparaît alors une ribambelle d’acteurs, de producteurs, d’usuriers et d’artistes tels que Russell Simmons, Rick Rubin, Lyor Cohen, Steve Rifkind, Jerry Heller, Morris Levy comptable du clan Genovese... qui vont constituer progressivement le nouveau noyau culturo-mondain derrière l’industrie du rap.

Une émulation va naître parmi cette toute nouvelle élite pour créer progressivement les fondamentaux capitalistes toujours d’actualités : le street wear, le rap indépendant, le gangsta rap, le street marketing, le rap game.

Quelques happy-few français de passage à New-York, dont le journaliste Bernard Zekri (ancien directeur en chef des Inrocks jusqu’à son éviction par Audrey Pulvar), vont exporter ce nouveau modèle économique en France quelques années plus tard.

Cardet a la légitimité de l’auditeur (du « pointé » comme il l’écrit dans sa préface). Il est par ailleurs issu d’une fratrie surnommée les blacks dragons, qui ont longtemps été les gardiens du temple de la culture hip hop en France, tout en étant chasseurs de skins.

Le troisième acte de l’ouvrage est une démonstration très convaincante de la puissance de récupération des cultures populaires par l’industrie du narcissisme. Nous vous laissons découvrir par vous-même la symbolique choisie par l’auteur pour étayer sa théorie.

Commentaires

L'industrie du rap, ce n'est pas Hollywood. Il est de nature opposé au système. Lui donner une légitimité sociologique, soit, mais l'affubler de néologisme pour dénoncer un contrôle politique de la pensée, c'est, à mon avis, surévaluer son impact sur les auditeurs et les intentions des artistes, même s'il est utilisé stratégiquement par des idéologues à des fins politiques.

Ajouter un commentaire

Les meilleurs commentaires seront publiés.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de spam.
17 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.